First review of 'The Great Unknown' and it's a 9/10!!

1 June 2015

 

For French speakers:

 

Cela fait maintenant bientôt cinq ans que DAMN DICE traîne ses guêtres sur la scène européenne. Si, au départ, le quatuor londonien offrait un sleaze rock assez basique, desservi par un chanteur plus que bancal, cette époque aura au moins permis au groupe de tourner intensément, notamment en compagnie des légendaires L.A Guns. Quelques temps plus tard, la formation se sépare de son chanteur original et se regroupe autour d’Alex vocaliste plus puissant, à la voix haut perchée. Un premier E.P prometteur, « WILD AND READY », sorti en 2013, durcit le ton : les guitares se font plus grasses, menaçantes, et la production, quoique non exempte d’erreurs, plus modernes. Cependant, restent des refrains accrocheurs et des riffs taillés dans le marbre, chromés par un son décuplé,  dignes héritiers du glam résolument metal dont ils souhaitent se départir mais qui les imprègne néanmoins. Aujourd’hui sort (enfin) leur premier album, dont semble-t-il l’accouchement fut douloureux : la joie du music business.

Coupons court au suspense : une réussite imparable. Sur le fond, THE GREAT UNKNOWN est un mélange de réinterprétations de certains morceaux de l’E.P, mélangé à de nouvelles compositions et démarre par « POWER », qui fait déjà très fort : le travail accompli est minutieux, l’agressivité de l’instrumentation contraste à merveille avec les chœurs et un chant enlevé, possédé, même si parfois sur le fil du rasoir niveau justesse. Seule concession faite par la guitare au rock’n’roll : des soli virtuoses sans être roboratifs viennent ajouter une touche guitar-héroïque à un ensemble pourtant déjà massif. Le reste de l’album est à l’avenant et offre un ensemble homogène sur le mode « ALL KILLERS NO FILLERS », tout au long duquel transpire une urgence propre à notre génération. Et c’est en cela que DAMN DICE diffère de ses illustres prédécesseurs : si le glam 80′s était l’épitomé de l’insouciance et de la fête perpétuelle dans un monde idyllique, son homologue moderne, plus désabusé, tente de survivre, et de se battre. « TAKE THE FIGHT », nous exhorte-t-on.

Même les titres les plus 80′s (dont deux power ballads) exhalent une violence bienvenue.

Au final, DAMN DICE nous offre un album marqué au fer rouge par son époque, bâtard sublime entre l’esprit de Mötley Crüe et la production norvégienne actuelle, poussée encore plus loin dans un nihilisme brutal.

Un groupe à ne pas manquer, donc, notamment à l’occasion d’un de ses rares passages en France, le  3 juillet en compagnie de Pleasure Addiction.

 

Alain Blanville

SLEAZE THIS CITY

http://sleazethiscity.com/2015/05/damn-dice-the-great-unknown/

recent news

Today'...

7 Dec 2018

Huge annou...

3 Dec 2018

Our new si...

29 Sep 2018

Our new si...

25 Aug 2018

1/3
Please reload

©2019 Damn Dice Ltd. All rights reserved. Design by Fourmy Media Group.

get our music:

itunes

spotify